Cas pratique 

Magasin de centre ville, 80 m2 - 75006 Paris

Interview de Jérôme Jacquemin, gérant du magasin Esquisse 

Tout d’abord, d’où est venue cette idée ?

Il y a quelques temps au sein de Créaplus nous avions fait réaliser une enquête sur les loisirs créatifs. Et il en est ressorti que plus d’un tiers des français ne pratiquaient aucune activité créative, non pas par manque d’argent, ni même par manque de temps, mais simplement parce qu’ils n’en avaient jamais eu l’occasion!

Et qu’est qui vous a décidé ?

Un jour une de mes filles m’a dit : j’aimerais bien faire de la peinture, et à quelques mois d’intervalle mon autre fille a demandé à mon épouse : c’est compliqué de faire une écharpe en laine ? Donc au-delà de l’aspect commercial, j’ai vraiment été convaincu qu’il fallait faire quelque chose pour que des non-initiés puissent … s’initier ! 

Maintenant concrètement, comment préparez-vous cette semaine ?

Je ne suis qu’un petit magasin, et j’ai décidé de me concentrer sur une seule journée! Le samedi m’a semblé être le jour le plus approprié.Étant spécialisé Beaux-Arts, je propose une initiation à la peinture. Chacun a la possibilité pendant 1 heure de découvrir avec l’aide d’une animatrice, le plaisir de peindre. Les amateurs arrivent les mains dans les poches, tout est mis à leur disposition. Et ils peuvent repartir avec leurs œuvres.

Pour être prêt à temps, voici le retroplanning que j’applique.

 • 3 à 4 semaines avant :

 - je contacte parmi mes fournisseurs ceux qui sont adhérents de Créaplus et donc sensibilisés à cette opération. Je leur fais part de mes besoins. Certains sont même prêts à mettre à ma disposition un animateur ou une animatrice. Mais ayant parmi mes clientes de nombreuses responsables de cours de peinture, j’ai passé un accord avec l’une d’entre elle, ça lui fait de la pub à elle aussi.

 - je personnalise l’affiche et le flyer mis à ma disposition dans l’EspacePRO du site de Créaplus. J’offre aux participants la possibilité de réserver, mais je garde quelques places libres pour les retardataires et pour garder un côté spontané.

 • 1 à 2 semaines avant :

 - je distribue les flyers et dispose les affiches en vitrine et dans le magasin pour que tous les clients et passants soient informés. J’avais pensé, mais ne l’ai pas encore fait, imprimer des sets de tables et les donner aux cafés des alentours.

 Et le jour J ?

L’année dernière, il pleuvait le matin, les premières séances ont donc eu lieu dans le magasin. Mais dès midi le soleil était revenu et nous avons pu installer les chevalets dehors, ce qui, tout de suite, a donné un côté festif. Et a permis de faire participer quelques curieux, en plus de ceux venus tout spécialement.

 Que vous apporte ou pourrait vous apporter Créaplus ?

L’aide de Créaplus est indéniable.  J’aimerais souligner ici l’excellent travail de notre président Éric Riguet, qui avec l’agence 6/12, ont permis de donner de la visibilité au niveau national, tant auprès des médias que des réseaux sociaux. D’ailleurs plusieurs personnes qui ont réservé avaient été au courant grâce à ces canaux. L’aide matériel des fabricants, ainsi que des supports de communications,  sont aussi primordiaux, je ne me serais jamais lancé tout seul. Maintenant sur ce que pourrait m’apporter Créaplus à l’avenir, je ferais trois remarques :

 - Créaplus fait tout ce qu’il peut avec les moyens qu’il a.

 - Il y a en France plusieurs centaines, voire milliers, d’enseignes qui pourraient participer. Et quand je vois des magasins situés dans le même quartier que moi, qui profitent de cette semaine pour faire de l’animation et de l’initiation, et qui ne sont pas adhérents, je trouve ça dommage, la cotisation de Créaplus est vraiment dérisoire.

 - Peut-être faudrait-il ouvrir notre syndicat aux ateliers et aux associations.

 Je rêve d’une grande semaine de la création où chaque année nous pourrions partager et encourager le plus grand nombre à découvrir ce qui motive la plupart des acteurs de notre marché, la passion.